Vendredi 10 février 2017, le Premier ministre Bernard Cazeneuve est venu annoncer que la ferme de Saint-Martial-le-Vieux (centre d’engraissement bovin géré par la SAS Alliance Millevaches) bénéficie du soutien moral et financier de l’État dans le cadre de la modernisation du site.

Une visite prometteuse

20170111 Bernard Cazeneuve à la ferme de Saint Martial

Pour Pierre Chevalier, président de Haute-Corrèze Communauté, la ferme de Saint-Martial-le-Vieux représente le trait d’union entre la Creuse et la Corrèze. Résultat d’un élan de solidarité entre les éleveurs et les élus, ce modèle de centre d’engraissement devrait, selon lui, « permettre à la France de répondre à la crise alimentaire programmée en 2050 (…) et il répond à toutes les normes européennes en vigueur sur le bien-être animal. Les animaux d’élevage jouent un rôle d’aménagement du territoire et d’entretien de l’espace. En maîtrisant la chaîne, de la naissance à l’abattage, et de relocaliser la valeur ajoutée en local, cette solution permet d’éviter que la France importe sa viande d’Amérique du Sud, des États-Unis, d’Australie où (…) les animaux ne sont pas aussi bien traités qu’ici ».

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a quant à lui assuré que « l’État, qui, a déjà accompagné financièrement, ce projet, (…) aidera par ses financements à surmonter le sinistre (…)« .

La ferme de Saint-Martial-le-Vieux

A l’origine, ce projet est porté par des éleveurs du plateau de Millevaches aux confins des départements de la Creuse et de la Corrèze. Ayant tous pour activité principale l’élevage allaitant à l’herbe avec vente de broutards (jeune veau mâle de race à viande), ils se sont associés pour constituer la SAS Alliance Millevaches et créer un atelier collectif d’engraissement. Les éleveurs détiennent 60% du capital de la société. Les bâtiments ont été construits et financés par la communauté de communes des Sources de la Creuse avec le soutien financier de l’État. Aujourd’hui, avec la fusion des intercommunalités, le site est devenu la propriété de Haute-Corrèze Communauté.

L’objectif de cet atelier est d’engraisser sur place et dans les meilleures conditions mille animaux. Les 45 élevages représentent 76 chefs d’exploitation. Si les éleveurs devaient aménager eux-mêmes les places pour engraisser leurs animaux individuellement, chaque ferme aménagerait 22 places.

bovins et paille

Un sinistre à surmonter

Le 22 décembre 2016, un incendie, vraisemblablement criminel, a détruit le bâtiment de stockage (pour les céréales, le matériel agricole et la paille) qui comprenait également le réseau de distribution de l’eau pour les animaux.

Dès le lendemain, un soutien local et national s’est mis en place pour dénoncer cet acte malveillant. Le gouvernement a assuré la SAS Millevaches de son soutien dans cette affaire, notamment le ministre de l’Agriculture, le Premier ministre et le président de la République.

La modernisation et adaptation du site

Cet incident a permis aux éleveurs de lancer une réflexion sur la structuration du site afin de minimiser les risques et d’améliorer encore les conditions pour les animaux sur place. Pour cela, différentes pistes d’améliorations sont étudiées :

  • création d’un bâtiment pour le stockage de la paille isolé des autres locaux et des animaux
  • création d’une fumière (stockage transitoire des fumiers destinés à la méthanisation) et d’une aire de stockage pour le matériel agricole (dans le bâtiment de stockage dont la reconstruction à l’identique sera prise en charge par les assurances)
  • couverture de l’aire de pesage et de contention (lors du déchargement des animaux)
  • traitement des couloirs de circulation et de distribution des rations (revêtement en enrobé)
  • pose de rideaux agricoles amovibles sur les bâtiments (afin de réduire le risque de maladie et éviter le risque de pollution des céréales stockées sur place)

alimentation bovins

La réhabilitation du centre collectif d’engraissement sera l’occasion de sécuriser le site :

  • mise en place d’un système de vidéo protection de haute performance
  • création d’un système d’alarme intrusion avec détection incendie
  • reconstruction de locaux administratifs et sanitaires (en remplacement des préfabriqués initialement implantés)
  • mise en place de portails à l’entrée du site

Le coût total des investissements visant à améliorer et adapter le site s’élèverait à 440 000 € HT. Le rééquipement en matériel agricole détruit par l’incendie est estimé à 265 000 € HT. L’État aidera Haute-Corrèze Communauté à financer les investissements liés à la modernisation du site à hauteur de 80% des dépenses.

Bonus vidéo

Découvrez les enjeux du projet de la ferme de Saint-Martial-le-Vieux à travers les témoignages des éleveurs.